Pourquoi commencer par le prototypage rapide ?

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

La conception de prototypes fait partie du processus de fabrication de nombreuses entreprises, y compris celles qui démarrent. Nouvelles ou présentes sur le marché depuis des années, les entreprises cherchent toujours à faire baisser les coûts, sans lésiner sur la qualité. Comment avoir un produit de bonne qualité et dans des délais courts ? L’impression 3D pourrait bien devenir une solution à priser.

Pourquoi fabriquer un prototype ?

Selon les besoins, la technique du prototypage rapide peut s’associer à différente technologie comme l’impression 3D, l’usinage en ligne ou encore le moulage par injection

Savoir si une pièce ou un produit peuvent être mis en production de masse ou même en série limitée, voilà la gageure du prototype.

Cette première pièce est issue des dessins en 3D mis sur un logiciel dédié. Ces schémas précisent les dimensions de l’objet pour pouvoir le créer.

Un prototype prend en général plusieurs semaines à être construit et représente un coût important pour une entreprise.

Le prototype sert à valider des points de contrôle mécaniques, technologiques et de sécurité. La matérialisation de l’objet sert également à vérifier l’aspect physique de la pièce. Cela est d’autant plus vrai pour des prototypes de voitures, par exemple, sachant qu’elles sont amenées à être mises en vente auprès du grand public. Elles doivent séduire, pour trouver des acheteurs.

Un prototype, au-delà de ça, peut également être présenté à des financeurs. Il est donc impératif qu’il corresponde aux desiderata des clients, et ce, dans les moindres détails.

D’autant que si celui-ci s’aperçoit de problèmes (article ne répondant pas aux normes en cours), il sera tenu d’en faire fabriquer un nouveau.

Il est possible de procéder autrement. Quand un client a besoin d’un prototype, il suffit de demander à un service d’impression 3D de le réaliser.

Quels avantages au prototypage rapide ?

Des entreprises spécialisées dans la fabrication de maquettes à l’échelle 1 et de prototypes existent depuis des années. Elles utilisent des machines-outils très perfectionnées à commande numérique. Des ordinateurs leur transmettent les cotes à respecter dans la découpe ; ce que l’on appelle l’usinage par fraisage.

Depuis l’avènement des imprimantes 3D, il est possible de fabriquer autrement des prototypes. Les imprimantes 3D procèdent par fabrication additive ; c’est-à-dire qu’elles déposent sur un plateau des couches successives de matière première, en respectant les dimensions et la forme de l’objet à réaliser, même le plus complexe.

Le fait que l’impression 3D génère moins de perte a une incidence majeure sur les coûts de fabrication. Il ne faut en outre, que peu de personnes pour faire fonctionner les imprimantes professionnelles. Enfin, et c’est un des avantages notables de ce type de prototypage, il se fait dans des délais très courts, puisque l’on estime qu’il ne suffit que de quelques jours ouvrés seulement pour obtenir un objet. C’est pourquoi on parle de prototypage rapide.

Les matières désormais travaillées par ce type de machine tendent à se diversifier, comme pour le prototypage classique. Si l’on pouvait usiner de l’ABS, par exemple, il est possible de pouvoir faire des prototypes en aluminium ou en laiton, en résine ou en mousse. Le choix de la matière revient au client pour son produit, en fonction de l’objet à réaliser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *